CENTRE DE PLONGÉE OUVERT 7/7 - PLONGÉES EN PETIT COMITÉ - FORMATIONS - SORTIES BALEINES

À dents, à bec et à fanons

Publié par Mélo VERON le

À dents, à bec et à fanons

Il existe dans le monde environ 87 espèces de cétacés appartenant à deux grands groupes: les odontocètes (cétacés à dents) et les mysticètes (cétacés à fanons).  

Les mysticètes comptent les animaux les plus grands de notre planète. Au lieu de dents, ils possèdent des fanons qu’ils utilisent pour filtrer l'eau et récupérer de petites proies telles que le krill et autres crustacés, ou des petits poissons comme les harengs. Ils possèdent également deux orifices respiratoires (events). 

En revanche, les odontocètes ont un seul orifice respiratoire et des dents qu’ils utilisent pour capturer des animaux plus grands comme des calmars ou des poissons.

16 espèces de cétacés sont présents en Polynésie, les plus fréquemment observées sont le dauphin à long bec, le dauphin à bec étroit, le dauphin tacheté, le dauphin d’Electre, le globicéphale tropical et le grand dauphin dont une trentaine d’individus, bien connus des plongeurs, sont sédentarisés autour de l’atoll de Rangiroa. Il est également possible de rencontrer des orques, des cachalots ainsi que la baleine à bec de Cuvier et de Blainville, le rorqual de Minke et bien sûr la fameuse baleine à bosse. 

L’archipel de la Société (TahitiRaiateaTahaaBora BoraHuahineMoorea etc) est le seul où 4 familles de cétacés sont recensées (balénoptères, baleines à bec, cachalots et dauphins).

Comme nous les cétacés sont des mammifères, ce qui distingue cette classe d’animaux vertébrés dont nous faisons parti, est qu’ils allaitent leurs petits, respire de l’air, possèdent donc des poumons et on le sang chaud. Ils peuvent se réunir en groupes en fonction du sexe et de l’âge ou vivre seuls la plupart du temps.

Certaines espèces migrent en parcourant de longues distances pour atteindre leur zones d’alimentation, pour se reproduire ou allaiter leurs petits ou pour passer l’hiver. Ils produisent une large variété de sons pour la communication et l’écholocalisation, qui leur permettent de naviguer, d’identifier leurs proies ainsi que de retrouver d’autres cétacés et d’éviter les prédateurs.

 

← Article précédent